Comment mémoriser mes leçons ? (accompagnement individuel)

Objectifs :

– (Re)prendre confiance en ses capacités de mémorisation 

– Comprendre ce que veut dire "mémoriser"

– S'approprier une technique de travail qui favorise la réactivation des informations

Activités :

1) Activité n°1 : Il arrive fréquemment que les élèves en difficulté scolaire aient comme acquis la conviction qu'ils n'étaient pas doués pour mémoriser des informations, et que quoiqu'ils fassent, aucun progrès sur ce plan n'était envisageable.

Cet exercice a pour projet de les réconcilier avec leur capacités de mémorisation. Il se nomme le test de reconnaissance des doubles photographiques. Vous trouverez un lien dans la section "outils" pour découvrir son déroulé et le tester vous-même avant de la faire passer. Vous avez également la possibilité de télécharger le diaporama au format PDF ci-dessous.

Les élèves obtiennent le plus souvent de très bons résultats à ce test, dès lors qu'ils sont suffisamment impliqués et concentrés. La fatigue, la déprime, l'envie de vous prouver que vous avez tort…peuvent également conduire certains à des résultats décevants. Les besoins psycho-affectifs peuvent être si prégnants que toute mobilisation des ressources cognitives (= liées à l'apprentissage) peut se révéler impossible. Il faudra dans ce cas se recentrer sur le sens de s'impliquer activement dans sa scolarité (A quoi ça sert d'apprendre ?) et/ou mener des actions visant à restaurer des liens positifs et sereins avec les personnes de son entourage (amis, famille, enseignants). 

L'intérêt de cet exercice tient également au dialogue que vous saurez mettre en place pour amener l'élève à identifier les stratégies qu'il a su mettre en oeuvre, même s'il n'en a pas conscience : quelles sont les informations qui lui ont permis de distinguer si facilement les images ? Les couleurs, l'environnement/contexte, les symboles, certaines images drôles ou attendrissantes ?

Ce que cet exercice met en évidence, c'est que nos capacités de mémorisation sont plus grandes que ce que certains pensent, et que certaines informations sont plus "mémorables" que d'autres. Plus ce que nous cherchons à mémoriser a du sens (= mémoire sémantique) et est "sensoriellement riche" (en mouvement, coloré, relié à des émotions…), mieux nous nous en souvenons.

Nous avons donc tout intérêt à mettre en oeuvre des stratégies de mémorisation qui permettent d'exploiter ces différents principes (comme indiqué sur le schéma récapitulatif) :

– Donner du sens aux informations : de quoi s'agit-il, quelle est la nature de ces informations (savoir ou savoir-faire) ? A quoi vont-elles me servir, comment va-t-on m'évaluer ? 

– Identifier les informations-clés et les liens logiques qui les organisent

– Transformer un contenu de manière à le rendre plus facilement mémorisable : couleurs, symboles, images.

 

2) Activité n°2 : Cette deuxième activité a pour objectif d'amener l'élève à s'approprier une technique de travail qui permet de réactiver plusieurs fois les informations et les inscrire progressivement dans la mémoire à long terme.

Le principe du fonctionnement de la mémoire le plus important est celui-ci : nous sommes condamnés à oublier les informations que nous ne réutilisons pas

Imaginez que votre cerveau soit une forêt.

Lorsque vous prêtez une attention consciente à une information, un chemin se forme à travers les arbres.

Plus vous empruntez ce chemin, plus il s'éclaircit, mieux vous êtes en mesure de le retrouver lorsque vous en avez besoin et plus il est facile à emprunter.

A l'inverse, si vous le délaissez, les herbes et les arbres reprennent progressivement leurs droits et envahissent de nouveau l'espace. Vous aurez beaucoup plus de difficulté à retrouver ce chemin si vous souhaitez l'emprunter à nouveau et votre passage sera plus ardu.

Il en va de même dans votre cerveau. La mémorisation d'une information ou d'un savoir-faire crée de nouvelles connexions entre les neurones (= synapses).

Plus vous mobilisez ce savoir ou ce savoir-faire, plus les liens synaptiques se renforcent et plus la connexion est rapide. A l'inverse, nous oublions en moins de 24h plus de 80% d'un contenu d'information que nous n'avons pas remobilisé.

C'est ce qui explique qu'un rabachâge d'un cours la veille pour le lendemain peut éventuellement être efficace pour l'examen, mais que la majorité des informations aura été perdue la semaine suivante. 

Une technique très simple d'utilisation pour apprendre à réactiver les informations de manière ludique est la technique des "flash cards".

Il s'agit d'une technique particulièrement utile lorsque l'objectif est de mémoriser des informations (lorsqu'il s'agit de s'approprier un savoir-faire, comme une méthode de calcul, une règle de grammaire ou autre, il vaut mieux utiliser les techniques présentées dans la partie "comment comprendre mes cours ?").

Demandez à l'élève de découper une feuille A4 en huit.

En s'appuyant sur le contenu du cours à mémoriser, l'élève doit construire 8 cartes recto-verso de la façon suivante : une information sur le recto, une information associée sur le verso.

Exemples :

– Un mot et sa traduction en langue étrangère (Langues vivantes)

– Une question et sa réponse (Histoire)

– Un mot et son pluriel (Orthographe)

– Le nom d'un théorème sur le recto, ses conditions d'application et sa formule sur le verso (Mathématiques)

Prenons l'exemple du cours d'Histoire.

Réaliser les flash cards (découpage, rédaction des questions) va permettre à l'élève de mobiliser sa mémoire procédurale (= souvenir des gestes) et sa mémoire sémantique (= recherche du sens des informations). 

Vous devez l'inviter à identifier comment il va être évalué : quelles sont les question qui peuvent lui être posées (connaissance des faits et des dates, définition des termes…) ? Quels sont les savoir-faire qu'il va éventuellement devoir mobiliser (rédaction d'une réponse avec ses propres mots, lecture et interprétation d'un document…) ?

L'élaboration de flash cards ne permet pas de mieux intégrer un savoir-faire. Par contre, elles sont très efficaces pour intégrer durablement des connaissances parce qu'elles facilitent les réactivations ultérieures.

Une fois les flash cards réalisées, il s'agit d'évaluer si les informations sélectionnées par l'élève correspondent bien aux plus importantes du contenu et si elles sont cohérentes avec la façon dont il va être évalué par l'enseignant.

Il s'agit ensuite de prévoir un planning de réactivations adéquat, afin d'inscrire progressivement les informations dans la mémoire à long terme : après deux heures, 24 heures, une semaine et un mois. Plus les informations sont réactivées, mieux elles seront mémorisées et pour longtemps.

L'intérêt également de cette technique est qu'elle permet ensuite à l'élève d'être de plus en plus autonome. Il peut les construire, les réactiver et tester ses connaissances tout seul et à tout moment : dans les transports en commun, le soir avant de se coucher, etc.

 

Contenus théoriques :

L'ouvrage qui m'a été le plus utile pour comprendre le fonctionnement de la mémoire est Aventures au coeur de la mémoire, L'art et la science de se souvenir de tout de Joshua Foer. J'ai par ailleurs travaillé à faire le lien entre ces enseignements et des techniques de travail concrètes dans le cadre de mon livre Objectif mémoire. Vous pouvez cliquer sur les images pour accéder à un long résumé (pour le premier) et une présentation détaillée (pour le deuxième).

 

Outils :

Accès au test de reconnaissance des doubles photographiques

Télécharger le diaporama du test au format PDF

Schéma récapitulatif